Le Festival de Musiques Métisses

27e édition Mai 2002

Voici un rappel des propos que je tenais l'an passé après le festival : "Le travail a été intense, accompli souvent dans l'urgence et la nécessité de boucler à 17 heures chaque jour! Difficile lorsque les articles sont renvoyés à leur auteur par des professeurs exigeants ou que les rendez-vous ratés, déplacés ou oubliés se succèdent ou encore que tout soudain se précipite car Christian Moussé s'arrête enfin pour le plateau télé mais que plus aucun journaliste n'est disponible et que toute les caméras ont disparu!

"On était partis avec l'idée que ce serait assez facile à faire. Mais on a vite changé d'avis"...Pourtant, si l'on en écoute les bruits de couloir, malgré la fatigue et la difficulté de la tâche,, quelques insensés se disent prêts à repartir!"

Repartir, voilà le fin mot de l'histoire, ou peut-être le début d'une passion..Repartir au fil des flâneries, sans but précis, si ce n'est celui de s'imprégner des odeurs, des bruits, des accents. Prendre le temps...

La précipitation de l'année scolaire ne nous a cependant pas permis de boucler le travail, Les textes des élèves ne sont pas encore visibles, le film est encore dans la caméra, elle-même dans un placard, le placard derrière d'autres placards, inaccessible donc tant que les travaux du collège ne sont pas finis...

Mais, mais, mais....

Quelques amateurs de musique et d'écriture ont bien voulu écrire pour nous. découvrez les textes de

Geneviève : Mai 2002

Micheline : Musiques Métisses ; C.J. Chenier and the red hot Louisiana Band

Sylvie : Vu, entendu, senti ...

Enfin, quelques liens :

Le site officiel du festival

Les reportages de Mondomix

La page des liens du site offficiel


Mai 2002

Il était une fois la musique, pas n'importe quelle musique, celle qui vient d'Afrique, transportant avec elle sa culture, sa chaleur, ses couleurs. La musique, et les charentais, qui ont fait en sorte qu'elle vienne à eux, qu'elle s'installe chez eux.

C'est ainsi que tous les ans, au mois de Mai, à Bourgines, la vie des charentais deveint un peu africaine. Ils viennent dans ce nouveau monde éphémère, unique et particulier qui leur devient maintenant coutumier, parce qu'on s'habitue vite à vivre des moments délicieux ! Le festival nous manquerait maintenant ! et on reste toujours curieux de l'Afrique musicale.

Grâce à la musique, on a approché ces femmes, hommes, enfants en couleur sur la peau et les vêtements, avançant tranquillement au milieu de l'agitation du monde. On les dirait inébranlables, transportant leur sérénité à toute épreuve, et malgré tout ce qui rend leur vie difficile. Toujours prêts à s'exprimer avec des notes, des rythmes, des mots. Les conteurs parlaient d'ancêtres, de sagesse, de légendes. Les cuicines parlent de saveurs, d'épices goûteuses, de mélanges.

Merci à tous ceux qui passez en Charente le temps d'un festival, merci de nous faire connaître vos musiques, vos coutumes, vos pays, de nous les faire aimer.

Il était une fois leur musique, leur littérature, leur vie ....

Geneviève Fougère, mai 2002


Musiques Métisses

Vanille        cannelle         réglisse          caramel

ou chocolat

Musiques Métisses

Harmonies jubilatoires

Pure métisse

à l'image de l'humanité

Sorbet         

unique        

que j'aime à déguster         

en mai.

                                                                                            Le 20 mai 2002  Micheline CHAMBRAS


 

MUSIQUES  METISSES  2002

 

C.J. CHENIER

& THE RED HOT LOUISIANA BAND  (USA)  

  

C.J. CHENIER, Clayton Joseph, et non Junior, comme il aime à le rappeler, perpétue l'héritage de son père, Clifton CHENIER - qui s'était produit au théâtre d'Angoulême en 1979, dans le cadre du Festival de Jazz. (On ne disait pas encore Musiques Métisses.)

Comme son père, décédé en 1987, il joue de l'accordéon et chante, parfois en français, insufflant au zydeco un souffle nouveau, grâce à sa puissante présence scénique et à l'influence de la musique soul et funky.

Le zydeco (altération phonétique du français "les haricots") est une musique populaire interprétée par les noirs et les créoles du sud-ouest de la Louisiane. Il est né de la fusion du blues, du jazz, du rhythm and blues ainsi que du folklore cajun - quand les Acadiens français du Canada qui refusèrent de prêter le serment d'allégeance à l'Angleterre, en 1755, furent déportés et se réfugièrent notamment en Louisiane.

Outre l'accordéon, l'instrumentation de base du zydeco se compose d'une batterie, d'une guitare et d'une washboard (planche à laver) ou, comme dans la formation de C.J. CHENIER, d'une rubboard ( plaque d'acier ondulé que l'on gratte et frappe avec des décapsuleurs ou bien à l'aide de dés en métal passés aux doigts.)

Au cours de leurs trois concerts - gratuits - C.J. CHENIER & THE RED HOT LOUISIANA BAND ont su communiquer leur générosité et leur plaisir à un public chaleureux, heureux de manifester, en retour, une joyeuse liberté en frappant dans ses mains ou en dansant.

                                                                               Le 24 mai 2002   Micheline CHAMBRAS

 


Vu, entendu,senti ...

Dimanche, 12h 30

Fraîcheur…Places de parking libres…Clapotis de l’eau lorsque nous passons sur le pont. Démarches tranquilles des quelques flâneurs. Pas apaisés. Apaisant.
Sous le chapiteau, les lycéens du LISA, Lycée de l’Image et du Son d’Angoulême préparent le plateau pendant que sur les écrans nous voyons Sergent Garcia s’agiter sur un rythme endiablé. Suit un petit documentaire sur l’Ile de la Réunion réalisé par les CM2 de l’école Victor Hugo. Sourires attendrissants troués par une petite souris amatrice de dents de lait mais ne nous y trompons pas, ces jeunes frimousses guidées par une toute jeune institutrice sont professionnelles. Musiques Métisses, c’est aussi cela : une multitude de jeunes des CM jusqu’à la terminale qui trouvent là l’occasion d’exercer leur inventivité, leur esprit critique et leur sens de la rencontre. Année après année, des équipes se créent et se relaient ainsi.

Et vous, savez-vous où se trouve l’île de la Réunion ?

Au Sud du Globe, dans l’Océan Indien, à côté de Madagascar.

Un thé à la menthe et une babouche devant moi, (pas la chaussure !) , je m’imprègne d’odeurs, de sourires, de musique. Sur le plateau de Télé Village, Nathalie Natiembé, artiste réunionnaise parle de son souci de maintenir la langue créole, de glisser dans ses chansons quelques mots appris des parents ou des grands-parents. « Je chante ma vie » dit-elle, c’est celle-là qu’elle connaît le mieux.

"C’est quoi pour toi l’ambiance ? C’est le mélange des gens. "

Préservatifs aux couleurs du Festival

Descente des Douanes sut tout le village. Le Chimin liquide gratuitement ses stocks de punch !

Les femmes à l’honneur

Marjane Atrapi, jeune iranienne, auteur de BD, Persepolis, 4 tomes prévus. Premier auteur de BD en Iran ! Qui plus est féminin !
"Il faut un côté maniaque et obsessionnel pour faire ce métier ""Dessiner fait aussi partie de l’écriture."

Yasmina Khlat « Le désespoir est un péché. » En savoir un tout petit plus sur Marjane Satrapi et Yasmina Khlat

 

Toujours sur le plateau de Télé Village, qui vois-je sous mes yeux aujourd’hui dimanche ? Un groupe de femmes aux superbes boubous bleus, le module féminin comme ils disent, les Soussou. Troisième groupe guinéen sur le site du Festival ; après les Nyamakalas et Bembeya Jazz qui enregistre un disque avant de rentrer, voici donc le groupe des femmes ; Un seul mot me vient à l’esprit : belles. Distribution de préservatifs pour tout le monde. Regards et rires de femmes complices.

Dans le public, je remarque deux musiciens des Nyamakalas. Chaleur des retrouvailles…Et je me sens déjà nostalgique de leur tendresse, de leurs rires, de leur corps, de leur musique. Visages connus, ici…, là….Attentif, curieux, regard éclairé et front plissé, Moussa porte un regard protecteur sur "leurs" femmes, leur "module de femmes " comme ils disent. Nikky Tremblay, organisatrice de Festival Toutes Couleurs à Toulouse les accompagne et Sekouba, directeur artistique du groupe rit à gorge déployée d’être une « anomalie, le seul coq… »

Très connues en Guinée, les Soussou travaillent depuis ans avec Nikky Tremblay. Programmée le 13 mai à Toulouse, elles partent aujourd’hui en tournée jusqu’au 4 juin dans le Sud-Ouest. Voix puissantes qui chantent la musique traditionnelle des chants et des mariages, comment ne pas tomber sous le charme? Musique qui prend au ventre et qui entraîne le corps au rythme du balafon et de la calebasse.

Sourire de Moussa qui agite frénétiquement le journal qu’il tient à la main, en signe de connivence. Chansons d’amour et l’on sent bien qu’elles nous mettent en garde, doigt levé.
Leurs dernières notes à Angoulême étaient pour nous, elles rentrent à Toulouse…

Deux rendez-vous que je rate avec les filles…
Cette fois-ci, j’ai 10 mns d’avance et je ne bouge plus bien que je fourmille d’envie de filer jusqu’au marché.
Siré passe, d’un pas allongé, sérieux comme à son ordinaire pendant qu’à ma droite, l’artiste actionne une pompe à vernis qu’il projette sur les carreaux de céramique qu’il vient de terminer.
Au loin, j’entends la musique ronfler sous le grand chapiteau. Quel groupe ce soir ?

Sylvie Mai 2002